Galileo

Le système européen de positionnement par satellite

Fournissant un service mondial de positionnement, Galileo est basé sur une constellation de 30 satellites en orbite à 23 222 km d’altitude. Il affiche une précision de 1 mètre sur toute la planète.

Vue d’artiste de la constellation Galileo
Vue d’artiste de la constellation Galileo © Thales Alenia Space

Informations essentielles

MissionNavigation, fournir un système mondial de positionnement par satellite
Domaine CNESTélécoms, navigation
Date de début1er lancement d’un satellite opérationnel le 21 octobre 2011
PartenairesUnion européenne, Commission européenne, EUSPA, ESA
Lieu

3 orbites circulaires à une altitude de 23 222 km (30 satellites)

DuréeGarantie à 2040
Statut du projetEn exploitation

Chiffres clés

  • 30 satellites dans la constellation
  • 1 m : précision de géolocalisation
  • 4 milliards de smartphones utilisent Galileo
  • 730 kg : masse d’un satellite Galileo
  • 12 ans : durée de vie d’un satellite

 

Dates clés

  • 2023 : Tests du service d’authentification Galileo OSNMA contre le leurrage
  • Janvier 2023 : Déclaration du Service initial de haute précision HAS
  • Août 2022 : 24 satellites opérationnels dans la constellation
  • Janvier 2020 : Service de la voie retour (réponse) vers les balises de détresse
  • 15 décembre 2016 : Déclaration des Services initiaux Galileo : le service ouvert, la recherche et sauvetage et le service gouvernemental
  • 20 octobre 2011 : Lancement des 2 premiers satellites opérationnels Galileo depuis Kourou par Soyouz
  • 23 avril 2008 : Le Parlement européen approuve le financement de Galileo
  • 28 décembre 2005 : Lancement du premier satellite de test Galileo GIOVE-A
  • Mars 2002 : Décision de l’Union européenne et de la Commission européenne de financer le projet
  • 1998 : Initiation du projet Galileo

 

Le projet en bref

Décidé au début des années 2000, Galileo vise à rendre l'Europe indépendante dans le domaine du GNSS (Global Navigation Satellite System). Pour cela, l'Europe a imaginé une constellation de 30 satellites, 24 satellites nominaux et 6 rechanges opérationnels en orbite, en parallèle du système américain GPS, du système russe GLONASS et du système chinois BEIDOU.

Lancés en tandem en 2011 et 2012, les 4 premiers satellites Galileo ont validé le système de géolocalisation. Les services initiaux de Galileo ont démarré en décembre 2016 avec 15 satellites opérationnels. Les lancements correspondants ont été réalisés par sept lanceurs russes Soyouz (lancements doubles) et un lanceur Ariane 5 (lancement quadruple) tous depuis le Centre Spatial Guyanais. De début 2017 à fin 2021, un satellite a été placé en maintenance et trois nouveaux lancements ont été réalisés, deux Ariane 5 et un Soyouz, portant la constellation à 24 satellites opérationnels en août 2022.

Les prochains lancements seront réalisés par deux fusées Falcon 9 de Space X en 2024 puis par les fusées Ariane 6 d’Arianespace à partir de 2025. La déclaration de pleine capacité opérationnelle (Full Operational Capability) du service de positionnement gratuit, appelé aussi service ouvert, sera prononcée après les deux prochains lancements qui permettront de disposer d’une constellation complète. Galileo aura alors des applications dans une grande variété de domaines : transports maritimes, aériens et terrestres, agriculture, travaux publics, opérations de secours ou de sauvetage, usages gouvernementaux mais aussi dans la vie de tous les jours, associés notamment à nos smartphones.

Le nombre de ces derniers incluant un récepteur Galileo est aujourd’hui estimé à plus de 4 milliards (données janvier 2024). Les signaux de navigation étant interopérables, les récepteurs calculent une seule position en utilisant les quatre constellations disponibles. Galileo offre dès aujourd’hui à ses utilisateurs le meilleur des services de positionnement avec une précision horizontale d’un mètre. Depuis janvier 2023, Galileo fournit également un service de haute précision (20 cm, après une convergence de quelques minutes) et fournira en 2024 l’authentification des signaux garantissant l’origine de ces derniers pour lutter contre les tentatives de leurrage.

 

Rôle du CNES dans le projet

Le CNES a fortement participé aux phases préparatoires à Galileo ainsi qu’à la définition des signaux utilisés. De plus, la Direction du Transport Spatial du CNES a contribué à la qualification des lanceurs Ariane 5 ES et Ariane 6. Le CNES à Toulouse a été impliqué dans la préparation et la réalisation des opérations de mise à poste en partenariat avec l'ESOC (ESA) dans le cadre du "CNESSOC" jusqu’en 2018. A présent, le CNES est impliqué dans l’évaluation des performances de Galileo dans le cadre d’un consortium œuvrant pour l’EUSPA et exploite le Centre de service Galileo SAR (Search and Rescue) qui collecte et diffuse aux centres d’intervention les alarmes émises par les balises de détresse du monde entier, alarmes qui sont relayées par les satellites Galileo.

 

Contacts CNES

Chef de projet
Marc JEANNOT 
Courriel : marc.jeannot at cnes.fr

Chef de projet CNES du grant GEMOP (EUSPA) pour le suivi des performances GALILEO/EGNOS
Julien COLASSON
Courriel : julien.colasson at cnes.fr

Responsable programme Navigation du CNES
Jean MARECHAL
Courriel : jean.marechal at cnes.fr

Le site web du CNES est en cours de refonte et plusieurs pages relatives aux projets sont temporairement indisponibles. Les contenus seront à nouveau disponibles début 2025. Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée.