10 Octobre 2014

Le CNES et ses partenaires internationaux

Depuis 1975, l’Agence spatiale européenne est chargée par ses États membres de conduire la politique spatiale européenne.

Le CNES et l'Europe

Regroupant aujourd’hui 20 États membres et forte de 2 200 collaborateurs, elle a pour premier contributeur la France, représentée  par le CNES.

À ce titre, le CNES garantit l’accès indépendant de  l’Europe à l’espace et contribue à la préparation des nouvelles générations de systèmes spatiaux et au développement d’une stratégie  de coopération internationale.

Depuis 2007 et le Traité de Lisbonne, la politique spatiale figure  dans les responsabilités de l’Union européenne, qui développe des  programmes pour répondre aux demandes institutionnelles et  commerciales de l’Europe. Deux grands programmes sont en  cours, Galileo pour la géolocalisation et Copernicus pour l’étude de  l’environnement, auxquels participe le CNES, aux côtés de la Commission européenne et de l’Agence spatiale européenne.

Les enjeux internationaux du CNES

Le CNES conduit aussi de nombreux projets dans le cadre de coopérations bilatérales hors Europe, qui permettent un partage des coûts qui rend possible leur réalisation. Ces coopérations valorisent les compétences scientifiques et industrielles françaises et conduisent à l’acquisition de nouvelles compétences.

L’ensemble a contribué à de nombreux succès au cours des dernières années. Plusieurs programmes sont en cours de développement avec la plupart des puissances spatiales de la planète :

  • États-Unis : océanographie (Jason 3, Swot), sauvetage (Cospas-Sarsat), étude de Mars (Curiosity, Insight, Mars 2020) ;
  • Chine : océanographie (CFOSat), astrophysique (Svom), médecine spatiale (Cardiospace) ;
  • Inde : recherche atmosphérique (Megha-Tropiques), altimétrie (Saral-AltiKa) ;
  • Russie : système de lancement (Soyouz au Centre spatial guyanais), recherche et technologie ;
  • Japon : recherche et technologie, préparation de l’avenir.

Par ailleurs, un dialogue permanent est entretenu par le CNES avec la plupart des autres puissances spatiales de la planète (Brésil, Canada, Émirats Arabes Unis, Mexique, Thaïlande…) au profit de l’ensemble de la communauté spatiale française et européenne.

Mise à jour : octobre 2014