SWARM

Démêler les sources du champ magnétique terrestre

Depuis 2013, une constellation de 3 satellites européens explorent les sources du champ magnétique terrestre, réalisant l'étude la plus détaillée jamais entreprise dans ce domaine.

Vue d’artiste d’un satellite de la constellation SWARM
Vue d’artiste d’un satellite de la constellation SWARM © ESA–P. Carril, 2013

Informations essentielles

MissionÉtude du champ magnétique terrestre
Domaine CNESObservation
Date de débutLancement le 22 novembre 2013
PartenairesESA (initiateur), LETI/CEA, CNRS
LieuOrbite quasi-polaire pour les 3 satellites
Durée4 ans
Statut du projetEn exploitation (en 2017 puis en 2021, décision de poursuivre l'exploitation pour 4 années supplémentaires)

Chiffres clés

  • 3 satellites dans la constellation
  • 473 kg masse de chaque satellite
  • 6 instruments par satellite : 2 magnétomètres, senseur stellaire, accéléromètre, récepteur GPS, champ électrique
  • 1,8 Gb quantité de données fournies par jour et par satellite

 

Dates clés

  • 22 novembre 2013 : Lancement des 3 satellites SWARM par Rockot
  • Janvier 2012 : Fin des tests du 2ème satellite et début des tests du 3ème satellite
  • Septembre 2011 : Fin des tests du premier satellite SWARM
  • 2004 : Décision d'implémentation du programme par l'ESA dans le cadre du programme Living Planet

 

Le projet en bref

Véritable bouclier protecteur, le champ magnétique terrestre empêche la partie dangereuse du rayonnement solaire d’atteindre la surface de notre planète. Sans cette armure, pas de vie. L’activité du noyau de la Terre est à l’origine d’une grande partie de ce champ magnétique, mais d’autres sources – comme la croûte terrestre, l'ionosphère, la magnétosphère et même la circulation océanique – y contribuent aussi. Le problème des scientifiques est de distinguer ces différentes sources. C’est là tout l’objectif de la mission Swarm (« essaim » en anglais), une mission du programme ''Earth Explorers'' de l'agence spatiale européenne.

En 2013, 3 satellites ont été placés sur des orbites différentes à très basse altitude (530 km au maximum) afin de pouvoir isoler plus facilement les sources du champ magnétique terrestre. Ces « boussoles spatiales » sont en effet équipés d'instruments d'une extrême précision parmi lesquels le magnétomètre scalaire absolu.

 

Rôle du CNES dans le projet

Ce magnétomètre scalaire absolu développé par le CEA/LETI et l’IPGP en partenariat avec le CNES est un instrument révolutionnaire qui mesure à la fois l'intensité du champ magnétique et sa direction. Un instrument « 2 en 1 » : une première mondiale ! Présent à bord des satellites SWARM à titre expérimental, il a parfaitement rempli ses objectifs. Cet instrument a pu être miniaturisé et sera embarqué à bord des satellites de la mission NanoMagSat de l’ESA et pourrait l’être un jour à bord de sondes spatiales afin de mesurer le champ magnétique d'autres planètes du système solaire. 

 

Contacts CNES

Chef de Projet Exploitation ASM/SWARM 
Stéphanie MAREL
Courriel : Stephanie.Marel at cnes.fr

Responsable thématique Géophysique Interne, Géodynamique et Géodésie du CNES
Felix PEROSANZ
Courriel : felix.perosanz at cnes.fr

Le site web du CNES est en cours de refonte et plusieurs pages relatives aux projets sont temporairement indisponibles. Les contenus seront à nouveau disponibles début 2025. Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée.