5 Juillet 2005

Un projet innovant contre la pollution orbitale

L’espace, bientôt aussi pollué que la Terre ? La pollution orbitale est une réalité : le nombre de « déchets » spatiaux qui circulent autour de la Terre est croissant et appelle à un « nettoyage » de l’espace. Le projet de Christophe Bonnal (Direction des Lanceurs du CNES) propose une technique originale de désorbitation des débris spatiaux et s’inscrit ainsi dans une optique de développement durable. Ce projet a été distingué en juin dernier par le Prix de l’Innovation Technologique de l’Aéro-Club de France.
12 juillet 2005

Réduire la pollution dans l’espace

C’est l’importance croissante de la pollution orbitale qui a donné à Christophe Bonnal l’idée d’un nouveau système de nettoyage des orbites basses par la désorbitation de débris spatiaux.

Son projet a pour objectif de rendre l’espace plus propre pour l’avenir : la politique de développement durable dépasse ici les limites terrestres !
En effet l’accumulation de déchets spatiaux, essentiellement constitués des étages supérieurs d’anciens lanceurs et de satellites en fin de vie, n’est pas à négliger : la pollution orbitale est exponentielle.

Les collisions fréquentes de ces gros débris multiplient d’ailleurs le nombre d’éléments « inutiles » qui encombrent l’espace. Christophe Bonnal assure même que « dans l’hypothèse improbable d’un arrêt des lancements, sur quelques bandes orbitales, la quantité de débris continuerait d’augmenter ! »

Sans compter que ces déchets, même petits, peuvent provoquer d’importants dégâts sur les satellites en exploitation. Les étages d'anciens lanceurs représentent la masse la plus dangereuse en orbite. Il est donc impératif de nettoyer les orbites de la Terre.

Des mesures de prévention ont été prises, comme la « Règle des 25 ans » qui limite le séjour de tout objet en orbite à 25 années.

Plusieurs solutions de désorbitation ont déjà été envisagées mais toutes posent problème quant à l’énergie à déployer.

Un système original : le satellite à câble

Christophe Bonnal s’est basé sur ce constat pour imaginer un système inédit de désorbitation des vieux étages de lanceurs. Son dispositif s’appuie sur un satellite à câble, dit « chasseur ».

Son principe est simple : le satellite chasseur est équipé d’un câble ou filin de 30 à 50 km de longueur, stocké en bobine.

Ce filin est déployé pour s’accrocher à un débris, puis lorsqu’il est coupé, par réaction, débris et chasseur s’éloignent l’un de l’autre.

Le déchet « tombe » vers l’atmosphère pour s’y désintégrer tandis que le chasseur « monte » vers un nouveau débris à désorbiter. Et ainsi de suite !
Chaque débris va donc aider le chasseur à attraper le débris suivant. L’originalité du procédé consiste en cette chasse en série qui remplace la propulsion du satellite et permet de désorbiter une cinquantaine de déchets spatiaux.

Et à ce jour, la validité de tous les aspects techniques et concepts théoriques du projet a déjà été démontrée.
Christophe Bonnal songe à l’avenir de son projet : « Pourquoi ne pas l’inscrire dans une coopération de grande ampleur afin de réaliser un satellite environnemental international ? »

Voir aussi

Pour en savoir plus

Pour les cibles : 
A propos de :