4 Avril 2022

[CNESMAG] Comment l’observatoire de l’économie spatiale éclaire présent et avenir de la filière

L’Observatoire de l’économie spatiale (OES) du CNES joue un rôle de vigie. Il veille, partage l’information et analyse les mutations économiques de la filière, afin d’aider les entreprises à se projeter.
is_observatoire-economique-spatial-global.jpg
Échange de données, Pandémie - image d'illustration Crédits : DKosig

Le tout jeune Observatoire de l’économie spatiale agrège des informations jusqu’ici dispersées. Créé au début de la pandémie de COVID-19, il a très vite trouvé sa place : l’OES a pu connaître l’état de santé des entreprises françaises de la filière spatiale mais aussi les a orienté vers des dispositifs de soutien à leur compétitivité. L’OES a également éclairé les instances du CNES face aux enjeux et a aidé les tutelles à définir les orientation et actions de soutien  prioritaires. 

Diffuser l’information

La collecte et la diffusion de l’information est sa mission n°1. L’OES édite et distribue une  synthèse hebdomadaire de situation économique : « Elle est expurgée des données confidentielles destinées au COMEX et à nos tutelles, mais c’est un rendez-vous très suivi : à chaque fois que le CNES en fait le relais sur les réseaux, il y a  plusieurs milliers de consultations à chaque fois ! » souligne Murielle Lafaye, sous-directrice de « l’Observatoire du spatial ». La synthèse est disponible en ligne, sur la page entreprise du CNES dédiée à l’OES 

Les événements en ligne mobilisent aussi. « Nos webinaires (webinObs) ont touché les acteurs de la filière spatiale: plus de 80 personnes ont suivi celui sur la cartographie des guichets de financement mi 2020, ou celui sur les acteurs des nanosatellites, mi-2021 » détaille Murielle Lafaye.  

Intelligence collective

L’OES fonctionne de façon collaborative, avec pour base le partenariat étroit tissé avec les acteurs de la filière. Entreprises, laboratoires scientifiques, régions, pôles, clusters, incubateurs sont dans la boucle… mais pas seulement. En contact permanent avec toutes les parties prenantes de la filière, l’OES joue un rôle d’interface et stimule le dialogue

 L’ambition est d’augmenter nos diffusions, en trouvant la bonne façon de transmettre des informations de nature sensible pour offrir des avantages aux acteurs français 

Murielle Lafaye / copyright CNES/ De Prada Thierry , 2021 

« La dynamique créée autour du bulletin et de la synthèse de la situation économique s’est développée aussi bien en interne qu’en externe. On ne s’est pas limité à échanger avec les industriels manufacturiers ou des services, nous avons étendu notre champ d’action aux institutionnels, aux laboratoires scientifiques comme aux acteurs académiques. Cela a montré ce qu’un mouvement collaboratif large pouvait produire » insiste Murielle Lafaye.

Contribuer à la prospective

Penser plus loin et donner de la matière pour se projeter dans le futur est l’autre mission clé de l’OES. Des « ateliers de visions croisées », internes, traitent des sujets à fort enjeu : chaque direction CNES concernée vient partager ses réflexions, aussi bien sur les acteurs que sur les impacts économiques anticipés. L’OES alimente et éclaire par ce biais la vision stratégique du CNES. 

Certains de ces ateliers ont été particulièrement structurants : « Un bon exemple est celui sur « Les acteurs des nanosatellites : quels services pour demain ? » de janvier 2021, détaille Murielle Lafaye. L’atelier s’est tenu juste avant le lancement des travaux du plan de Relance et son volet D (consacré aux nanosatellites) et d’un forum utilisateurs Nanosat. »  

Ces ateliers de vision croisées pourraient prochainement être « ouverts » à d’autres acteurs, extérieurs au CNES mais aussi à la filière, afin de bénéficier de nouveaux angles de vue

 « Il nous faut créer de l’émulation sur ces sujets pour penser le long terme. Nous allons aussi nous appuyer sur la dynamique de Space’ibles, l’observatoire de prospective spatiale » précise Murielle Lafaye.
Le panorama actualisé des acteurs et des marchés produit par l’OES va aider à phaser les travaux de prospective : « il est déterminant d’être synchronisée avec l’état de l’art si l’on veut être pertinent dans une démarche de prospective » conclut Murielle Lafaye.

De nouveaux moyens pour l’OES

L’OES va changer de dimension. Son équipe va passer de 1,5 personnes à 7 experts, d’ici à la fin de l’année 2022.

3 grands axes vont en structurer l’approche : intelligence économique, prospective, macro-économie/demande sociétale. 2 postes seront ouverts, dont un en externe : un profil économique à dimension internationale sera alors recherché.

is- catalogue des capacités de l'industrie spatiale

Où en est l’outil de promotion des entreprises françaises du spatial ?

Le catalogue des capacités de l’industrie spatiale française, créé par le CNES, est en ligne sur son site internet depuis mi-2020. Il recense à ce jour plus de 200 entreprises de la filière spatiale hexagonale, hors secteur aval. L’outil met en lumière tout l’écosystème, de façon inédite. Et ce n’est pas fini : ce répertoire dynamique ne cesse de s’enrichir !
Concrètement, le catalogue permet de chercher une compétence au sein de 75 domaines, via le moteur de recherche intégré. Chaque TPE/PME ou industriel du spatial, quelle que soit sa taille, dispose d’une double page pour se valoriser et communiquer ses contacts. 
Le catalogue offre ainsi la possibilité d’être repéré par des clients ou partenaires potentiels en recherche de compétence en France, mais aussi de trouver d’autres entreprises pour coopérer.

is_cnesmag-91-visuel.jpg

CNESMAG 91 - Innovation : catalyser l'expertise française

Dans ce numéro, démonstration est faite des remises en question dont le CNES a su faire preuve et du foisonnement de solutions concrètes qu’il apporte pour favoriser l’éclosion de start-up et faciliter l’émergence du New Space français, irriguant ainsi l’ensemble de l’écosystème spatial.

>> ACCEDER AU CNESMAG EN LIGNE