6 Avril 2009

PSMA : dernier test réussi en Guyane

L’opération « Araponga » a démontré, le 26 mars dernier, l’efficacité du Poste de Secours Médical Avancé lors d’une ultime simulation près de la frontière franco-brésilienne. Objectif maintenant pour le SAMU de Cayenne : obtenir une liaison satellite exploitable sur le long terme.
6 avril 2009

L'opération "Araponga" en Guyane : 26 mars 2009

L’opération « Araponga » a démontré, le 26 mars dernier, l’efficacité du Poste de Secours Médical Avancé lors d’une ultime simulation près de la frontière franco-brésilienne.

Un prototype révolutionnaire

26 mars 2009, 5 h du matin : un avion s’écrase à Saint-Georges de l’Oyapock, tout près de la frontière brésilienne en Guyane. Il transporte 70 passagers. Une patrouille militaire de recherche est rapidement dépêchée sur place. Il y a des blessés et des morts. Il faut faire vite. Sans hésitation, le plan rouge est déclenché à 7h30.

A 9h, un poste médical avancé est mis en place à proximité de l’épave mais face à l’étendue des dégâts et après concertation avec le SAMU, le préfet de Guyane, Daniel Ferey, décide d’utiliser le dispositif PSMA : le Poste de Secours Médical Avancé. « C’est un prototype tout à fait révolutionnaire qui permet d’obtenir des communications médicales dans des endroits totalement isolés » s’enthousiasme le préfet. Car il ne s’agit encore que d’une simulation.

Organiser au mieux les secours

Objectifs : tester les différents plans de secours sur le terrain mais surtout la fiabilité du PSMA. Le conteneur, mis à la disposition du SAMU de Cayenne par le CNES, abrite une antenne satellitaire et des moyens de communication mobiles (téléphones, ordinateurs, web caméras, liaison Internet…) ainsi que des solutions techniques et logicielles adaptées à la gestion de catastrophes et à la prise en compte des victimes. Une fois déposé au sol par hélicoptère, son déploiement prend seulement 40 mn et permet au poste de commandement fixe d’organiser au mieux les secours.

La simulation du 26 mars, comme celle de mai 2008, s’est parfaitement déroulée. « Le PSMA est une concrétisation de la politique du CNES de mettre le spatial au service de la population guyanaise, explique Joël Barre, directeur du Centre spatial guyanais. A travers la Mission Guyane, nous développons, ici, un réseau de télémédecine depuis près de 10 ans. » Le PSMA a fait ses preuves en simulation, il va falloir désormais l’utiliser en situation réelle. Pour cela l’hôpital de Cayenne devra obtenir auprès d’un fournisseur une liaison large bande exploitable sur le long terme.

Voir aussi

Pour en savoir plus

Actualités