19 Avril 2007

SCP, les experts à Toulouse

14 h, nous voici à présent en Salle de Contrôle Principale. Avec ses 4 rangées de pupitres saturées de moniteurs et les 3 énormes écrans qui occupent tout un pan de mur au fond de la salle, c’est un endroit particulièrement impressionnant. Toulouse n’est pas encore Houston, mais ça y ressemble beaucoup !
Sur un des grands écrans du fond de la salle, on peut suivre COROT pas à pas dans son périple autour de la Terre, à 900 km d’altitude. Le voilà qui approche du pôle sud. Ceux qui font face à ces écrans en permanence prennent-ils encore la peine de les regarder ?

Pierre Bodin, responsable de l’instrument, l’affirme : « Corot est un projet particulièrement prenant. J’ai tout le temps le satellite en tête, son orbite, sa position par rapport à la Terre et au Soleil, ses entrées dans les zones d’ombre ou au contraire en pleine lumière… Corot, on le rêve sur place ! »
À ce stade du projet, un mois à peine après le lancement, la salle de contrôle principale est le véritable centre nerveux de la mission. C’est vers elle que convergent toutes les informations sur les paramètres vitaux du satellite.



Pierre Bodin, responsable de l'instrument au sein de l'équipe projet :


« J’ai tout le temps le satellite en tête, son orbite, sa position par rapport à la Terre et au Soleil…[…] Corot, on le rêve sur place ! »

Elles y sont décortiquées avec soin par les experts du groupe de projet : thermique, électrique, commande contrôle, système de contrôle d’attitude et d’orbite, chacun des aspects les plus critiques de la mission est surveillé en permanence par un expert attitré.
Ces spécialistes de haut vol travaillent sous la supervision de Martine Jouret, responsable satellite depuis 7 ans. Peut-on la considérer comme « chef des experts » ?


Martine Jouret, responsable satellite :


« Les seules performances qui vaillent sont celles qui durent. Il nous reste donc encore à nous assurer de leur robustesse. »

Elle décline poliment l’appellation : « Les gens réunis sous ma responsabilité sont tous extrêmement compétents dans leurs domaines respectifs, et ils savent aussi bien que moi ce qu’ils ont à faire, sinon mieux ! Mon rôle est donc plus celui d’une coordonnatrice que d’un « chef » à proprement parler. Le projet Corot, ce sont avant tout des experts qui travaillent ensemble. »

Premiers résultats obtenus par le satellite Corot en février dernier. Galerie de portraits des étoiles acquise sur la voie exoplanète de Corot.



Ces experts du groupe de projet garderont la main sur la mission jusqu’à la fin de la recette en vol, qui interviendra mi-avril. « Notre mission s’arrêtera lorsque nous aurons vérifié que le satellite a bien les performances attendues. » Et en ce début février, Corot donne déjà beaucoup de satisfaction à ceux qui veillent sur lui. « Il y a bien sûr encore quelques petits réglages à effectuer, mais nous tenons les perfos » confie Martine Jouret, avant d’ajouter aussitôt que « les seules performances qui vaillent sont celles qui durent. Il nous reste donc encore à nous assurer de leur robustesse ».

...

Suite du reportage ...


Voir aussi

Présentation du programme Corot

Corot à l'aube d'un nouveau monde
Interview de Laurent Boisnard, responsable système de la mission Corot au CNES
Décembre 2006


Dossier spécial Corot
Vidéos et ressources. Site événementiel réalisé à l'occasion du lancement.

Corot sur le site des missions scientifiques du CNES

Dernières actualités

Corot découvre sa première exoplanète !
Actualité du 3 mai 2007

Corot atteint l'âge de raison
Actualité du 29 mars 2007

Premières observations scientifiques de Corot
Actualité du 5 février 2007
Pour les cibles : 
A propos de :