5 Janvier 2006

Topex-Poséidon tire sa révérence

La mission du satellite altimétrique Topex-Poséidon touche à sa fin. Après 13 années sur orbite à étudier les phénomènes océaniques, le satellite franco-américain laisse son successeur Jason-1, avec qui il travaillait en tandem depuis 2002, poursuivre la collecte de mesures. Topex-Poséidon aura collecté une somme considérable de données et marqué une avancée significative dans le domaine de l’altimétrie.
5 janvier 2006

13 ans de bons et loyaux services

Lancé en août 1992 par le CNES et la Nasa, Topex-Poséidon était conçu pour fournir des données pendant 5 ans.

Le satellite étant toujours opérationnel et fournissant des données de qualité, la mission a pu être prolongée plusieurs fois, entre autres grâce au dévouement des équipes.

En octobre dernier, un incident technique a fait perdre au satellite ses capacités de manœuvre sur orbite.
Topex-Poséidon est depuis dans l’impossibilité d’acquérir des données scientifiques.
Le CNES et la Nasa, responsables du programme, ont donc déclaré la mission terminée.
Ce n’est ainsi qu’après 13 ans dans l’Espace et plus de 60 000 orbites autour de la Terre que le satellite prend sa retraite.
Topex-Poséidon est né d’une collaboration franco-américaine, réunissant le programme Topex développé par la Nasa et le programme Poséidon du CNES.
Aujourd’hui, cette coopération se poursuit grâce au satellite Jason-1, avec lequel il a travaillé en tandem pendant 4 ans.

Une avancée majeure en altimétrie

Topex-Poséidon marque un tournant capital dans l’étude des mouvements océaniques. La durée exceptionnelle de cette mission et la masse de données collectées ont grandement contribué au développement de l’altimétrie spatiale.

Les données recueillies ont, entre autres, permis l’étude du niveau de la mer, du rôle des marées et des variations des courants océaniques.

En 1997-1998, Topex-Poséidon observe le phénomène El Niño/La Niña, particulièrement fort cette année-là.
Il s'agit du 1er événement à être suivi de très près par satellite qui a observé très tôt les 1ères manifestations du phénomène : la propagation d’une bosse d’eau chaude, surélevée de 20 à 30 cm par rapport au reste de l’océan.

Topex-Poséidon a également contribué à la compréhension de l’implication des océans dans le système climatique. Sans oublier l’aide précieuse apportée au développement de modèles d’étude du fonctionnement des océans.
«Ces séries de données nous ont permis de beaucoup mieux comprendre et prévoir les variations de la dynamique des océans et leur impact sur l’environnement à l’échelle de la planète.» précise le Dr Y.Ménard, responsable scientifique de Topex-Poséidon au CNES.
Topex-Poséidon s’éteint donc aujourd’hui mais il laisse un héritage précieux. Précurseur en matière d’altimétrie, il a ouvert la voie de l’océanographie opérationnelle que suivent désormais Jason-1 et bientôt Jason-2, lancé en 2008.

Voir aussi

Pour en savoir plus

Publié dans : 
Pour les cibles : 
A propos de :