16 Août 2005

Le lancement de Cryosat

Tout comme l’océan, les glaciers et la banquise doivent être surveillés car ils jouent un rôle déterminant dans les processus climatiques. Le satellite européen Cryosat sera lancé le 8 octobre prochain pour observer la cryosphère. Il doit étudier les variations des glaces polaires.
27 septembre 2005
Le CNES participe à cette mission de l’Esa en fournissant l’instrument Doris de localisation du satellite.

Les glaces sous surveillance

Développée dans le cadre du programme d’observation de la Terre de l’Esa, la mission Cryosat doit observer les régions polaires.

Il s'agit d'une mission altimétrique entièrement destinée à l’étude des variations d'épaisseur de la banquise et des calottes glacières.

Pendant 3 ans, Cryosat étudiera la hauteur et l’épaisseur des glaces. L'objectif : mieux comprendre les interactions complexes qui s'opèrent entre océan, cryosphère et atmosphère, en particulier les transferts de chaleur des mouvements océaniques.
Ces mesures permettront aussi d’anticiper la fonte des glaciers dans la problématique du réchauffement climatique.

Cryosat sera mis en orbite en octobre prochain par le lanceur russe Rockot depuis le centre spatial de Plessetsk en Russie. Il sera placé sur une orbite polaire à 717 km d'altitude.

Doris, le géométre de l’espace

Parmi les 4 instruments embarqués sur Cryosat, le CNES fournit l’instrument Doris1.

Ce système permet de déterminer au cm près l’orbite d’un satellite à l’aide d’un réseau de stations terrestres, utilisées comme points de référence sur Terre.

Le CNES met également à disposition pour la mission le réseau sol des 60 balises du dispositif, réparties dans plus de 35 pays.
Embarqué sur les satellites Spot, Topex-Poséidon, Jason 1 et Envisat, Doris a su démontrer depuis le début des années 1990 sa fiabilité et améliorer continuellement ses performances. Cela en fait un système majeur dans les missions altimétriques actuelles et futures.
Le CNES est responsable du réseau sol mais également du traitement scientifique des données, des opérations de mise en œuvre et de la performance des produits d'orbitographie pendant toute la mission.

Le CNES assure par ailleurs les retraitements des données de l’instrument radar Siral2 embarqué sur Cryosat ainsi que l’archivage à long terme de la mission grâce à une nouvelle composante sol : le Salp3, installée au Centre Spatial de Toulouse.

Le Salp assure donc la maintenance du système Doris et permet d’apporter un service de diffusion à la demande aux utilisateurs.


1 Doris : Détermination d’Orbite et de Radiopositionnement Intégrés par Satellite
2 Siral : SAR/Interferometric Radar Altimeter
3 Salp : Service d’Altimétrie et de Localisation Précise

Voir aussi

Pour en savoir plus

Pour les cibles : 
A propos de :