18 Avril 2005

VascoMieux comprendre les échanges océan-atmosphère

Afin d’étudier la variabilité des échanges océan-atmosphère dans l’Océan Indien, le CNES et le CNRS se sont associés dans le cadre de l’expérimentation internationale VASCO prévue début 2006. A la clé notamment, une amélioration des prévisions saisonnières dans le secteur Indo-Pacifique. Parmi les différents systèmes de mesures mis en œuvre, le CNES est responsable de la composante ballon.
18 avril

Des échanges ocean-atmosphère particulièrement intenses

Dans la région de l’Océan Indien, les échanges au sein du couple océan-atmosphère font l’objet d’une variabilité saisonnière parmi les plus marquées sur l’ensemble des tropiques. Ce phénomène se traduit par une intense mousson indienne et a des répercussions sur les courants océaniques. Il est également suspecté d’influencer l’apparition et la force d’un El Niño.

L’objectif de VASCO est donc en 1er lieu d’étudier la variabilité de ces échanges sur des échelles de temps variant de la saison à plusieurs années. Un effort important est mis sur la compréhension des processus physiques à l’origine des oscillations tropicales inter-saisonnales sur des périodicités de l’ordre de 20 à 40 jours. Une variabilité qui doit être correctement prise en compte pour réaliser des prévisions saisonnières plus précises dans le secteur IndoPacifique.

Pour répondre à ces questions, le CNRS et le CNES se sont donc associés ; l’expérience internationale VASCO est prévue début 2006.

Différents moyens de mesures

Pour réaliser cette étude, différents systèmes de mesures in-situ seront mis en œuvre. Des moyens opérationnels comme les bateaux océanographiques, les bouées dérivantes ou encore les ballons stratosphériques seront utilisés pour étudier les paramètres atmosphériques et océaniques.

Le CNES est responsable de la composante ballon qui comprend 2 types d'aérostat :
  • le Ballon Pressurisé Couche Limite (BPCL), ballon sphérique de 2,5 m de diamètre, qui vole à une altitude d’environ 1 200 m, et dont la charge utile atmosphérique est située à l’intérieur du ballon. Les paramètres mesurés sont la position et les pression, température et humidité atmosphériques.
  • L’aéroclipper, nouveau système aérostatique dérivant à environ 50 m au-dessus de l’eau, est capable de réaliser simultanément des mesures atmosphériques, via la nacelle aérienne située au dessous du ballon, et océaniques, via une nacelle marine. En plus de la position et des paramètres atmosphériques classiques seront mesurés la vitesse du vent sur le ballon, la vitesse de déplacement dans la masse d’eau et la température et la salinité de l’eau.
Pour l’expérimentation VASCO, environ 20 aéroclippers et 20 BPCLs, d’une durée de vie de 30 jours, seront lâchés depuis l’île de Mahé (Seychelles) en janvier 2006.
Une campagne probatoire a été réalisée avec succès en février dernier, en collaboration avec le Service Seychellois de la Météorologie Nationale. Elle a permis de valider le concept de l’aéroclipper, la synergie avec les BPCLs, le site de lancement, et de définir le nombre optimum d’aérostats pour 2006.

Pour en savoir plus

Pour les cibles : 
A propos de :