14 Février 2005

La famille Ariane s’agrandit

 « La famille Ariane vient de s’agrandir avec la grande dernière ». Ce sont les premiers mots de Yannick d’Escatha, Président du CNES, à l’annonce du succès d’Ariane 5 ECA. Le lanceur a en effet réussi son vol de qualification ce samedi 12 février et mis en orbite les 2 satellites XTar-Eur et Sloshat. Un succès très attendu par l’ensemble de la communauté spatiale. Décollage d'Ariane 5 ECA, vol 164, le 12 février 2005. Crédits : CNES/ESA/Arianespace
14 février 2005

L’aboutissement d’un travail de plus de 2 ans

Samedi soir, la tension se lisait sur les visages, au Centre spatial guyanais comme à la Direction des Lanceurs à Evry. Il faut dire que, depuis l’échec du vol inaugural d’Ariane 5 ECA, c’est toute la communauté spatiale européenne, et notamment les industriels, qui s’est mobilisée pour ce retour en vol.

Cette réussite est l’aboutissement d’un travail de plus de 2 ans : 20 000 secondes d’essai à feu du moteur Vulcain 2, en cause dans l’échec précédent, de nombreuses actions correctives, et, depuis août dernier, plus de 120 jours de campagne et 4 000 opérations qui se sont succédées au CSG.
Une lourde tâche pour les équipes qui se poursuit au-delà du vol puisque le lanceur était instrumenté de plus de 1 400 capteurs. Ces mesures seront désormais étudiées en détail pour confirmer le bon comportement en vol du lanceur et recaler, si besoin, les modèles de calcul.

Après un bref report du à un problème d’interprétation des capteurs de pression, Ariane s’est élancée dans le ciel de Guyane. Dotée de 20 % de puissance supplémentaire au décollage, Ariane 5 ECA a effectué une ascension impressionnante visible jusqu’à la séparation des EAP à 69 km d’altitude.
Ariane 5 ECA sera désormais exploitée par Arianespace. Le CNES qui a piloté l'ensemble du programme de retour en vol aura désormais pour rôle de certifier le maintien de la qualification du lanceur tout au long de sa vie opérationnelle.

A la mémoire d’Hubert Curien

« Cette réussite confirme la maturité technique et opérationnelle du lanceur Ariane 5. […] C’est un magnifique succès pour l’Europe, pour la France et pour le CNES » a déclaré Yannick d’Escatha, en adressant ses félicitations à l’ensemble des équipes du Centre Spatial Guyanais et de la Direction des Lanceurs.
Hubert Curien. Crédits : CNES
Hubert Curien. Crédits : CNES

Hubert Curien, décédé il y a quelques jours, aura manqué cet événement de peu, lui qui a présidé le CNES de 1976 à 1984 et vu le 1er lancement d’Ariane en 1979.
« Ce succès, au nom de l'ensemble de la communauté spatiale européenne et française, je souhaite le lui dédier », a déclaré Yannick d’Escatha. « Il fut l'un de ceux à l'origine de l'épopée ARIANE dont nous venons d'écrire ce jour une nouvelle page. »

Voir aussi

Animation - L'environnement au CSG, une préoccupation de tous les instants
Plug-in Flash requis

Ariane 5, le lanceur européen du 3ème millénaire
Ariane 1 à 4, l'épopée de la fusée Ariane

Pour en savoir plus

Pour les cibles : 
A propos de :