Éclipse : une étrange tache sombre sur la Terre

L’éclipse totale du 11 août 1999, ici immortalisée par Jean-Pierre Haigneré depuis la station Mir, reste un souvenir inoubliable pour l’astronaute français. Ce vendredi 20 mars 2015, la Lune occultera 80% du Soleil en Bretagne aux alentours de 10h30.
Crédits: 
CNES/J.P. HAIGNERE, 1999.
19 Mars 2015

« Nous avons vu ce que jamais regard d’homme n’avait encore pu contempler : ce spectacle étrange qu’est la trace laissée sur la Terre par une éclipse solaire. » C’est par ces mots que l’astronaute français Jean-Pierre Haigneré exprimait son émerveillement de retour sur Terre en 1999. Il avait eu la chance d’assister à quelque chose d’exceptionnel. Une éclipse totale de Soleil, le moment où la Lune dessine son ombre sur le globe terrestre. Et il avait pu admirer le spectacle à 360 km d’altitude, à bord de la station russe Mir. La mission avait duré 6 mois mais ce fut probablement l’un de ses meilleurs souvenirs : « j’ai réalisé que je commençais […] à apercevoir cette tache sombre, d’un noir approximatif, aux contours mal définis, comme une immense salissure laissée sur le blanc très pur des nuages, se souvient Jean-Pierre Haigneré. Elle a défilé tranquillement de droite à gauche devant le hublot, comme dans un panoramique de cinéma, sans nous laisser vraiment le temps d’analyser nos perceptions, accaparés que nous étions par les prises de vue. En moins de 2 min, elle avait disparu en laissant un certain malaise. »

Les éclipses totales de Soleil ont lieu 6 à 7 fois tous les 10 ans. La dernière en date s’est déroulée le 13 novembre 2012 et a duré un peu plus de 4 min en Australie, Nouvelle-Zélande, Amérique du Sud et Pacifique. La prochaine, celle du 20 mars durera encore moins longtemps : à peine 3 min. « Les conditions météo sont très incertaines pour l’éclipse de vendredi, souligne Jean-Yves Prado, expert en physique solaire au CNES. Elle sera très basse sur l’horizon donc difficile à observer. » L’ombre doit cette fois-ci parcourir le globe sur tout l’Atlantique Nord mais l’éclipse totale sera visible sur la terre ferme uniquement depuis les îles Féroé et le Spitzberg.
Les éclipses de Soleil sont généralement riches d’enseignement pour les scientifiques : « Des études sur des éclipses très anciennes comme celle de l’an 136 avant J-C décrite sur des tablettes d’argile par les Babyloniens, ont permis, par exemple, de mettre en évidence un ralentissement de la vitesse de rotation de la Terre depuis cette époque. »

L’éclipse du 20 mars 2015 sera partiellement visible depuis la France avec un maximum d’occultation du Soleil (80%) aux alentours de 10h30 en Bretagne.

Pour en savoir plus :