9 Mars 2016

Fukushima : 5 ans déjà

Le 11 mars 2011, un séisme suivi d'un tsunami dévaste la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Des explosions surviennent dans les bâtiments des réacteurs n°1, 2, 3 et 4 visibles en bas de cette image acquise par le satellite Pléiades-1A le 18 janvier 2012, 1 mois seulement après son lancement. Décryptage.
Crédits : ​2012 CNES, distribution ADS / Spot Image.

Le 11 mars 2011, les réacteurs n°1, 2 et 3 fonctionnaient à pleine puissance. L'arrêt de leur système de refroidissement entraîne la fusion du coeur des 3 réacteurs nucléaires. Le réacteur n°4 était alors à l'arrêt dans le cadre d'opérations de maintenance mais sa piscine d'entreposage des combustibles usés contenait l'équivalent de 3 coeurs selon le rapport de mars 2012 de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN)

Le 12 mars 2011, une explosion souffle le toit du bâtiment du réacteur n°1. Sur l'image Pléiades acquise le 18 janvier 2012, on observe bien la couverture blanche dont le bâtiment a été recouvert en octobre 2011.

reacteur1_couverture.jpg

Travaux de couverture du bâtiment du réacteur n°1 réalisés en octobre 2011. Crédits : IRSN 2012.

Le 14 mars 2011, une explosion survient dans le bâtiment du réacteur n°3. Elle affecte considérablement la structure du bâtiment. Sur l'image Pléiades, seule la structure métallique de la toiture, totalement déformée, est visible. 

Le 15 mars 2011 à 6h10, une explosion a lieu dans la partie basse du bâtiment du réacteur n°2. Le toit reste intact. Ce même jour, plusieurs incendies et/ou explosions se produisent dans le bâtiment du réacteur n°4 au niveau de la piscine d'entreposage des déchets nucléaires. Le toit est soufflé. On remarque autour de ce bâtiment, ainsi que celui du réacteur n°3, la présence de grues rouges et blanches : les travaux de de déblaiement se poursuivent en janvier 2012. Le bâtiment n°4 ne sera en fait recouvert qu'entre janvier et juillet 2013. Mi-2015, TEPCO a engagé la construction d'une structure pour recouvrir le bâtiment du réacteur n°3.

Ces explosions ont conduit à des rejets importants de produits radioactifs dans l'environnement. 5 ans plus tard, ''des rejets diffus subsistent du fait des dégradations très importantes subies par les barrières de confinement des matières radioactives'' selon le point de la situation de l'IRSN de mars 2016 et les réacteurs n°1, 2 et 3 sont maintenus à une température comprise entre 20° et 50°C par une injection continue d’eau douce.  

L'image légendée. Crédits : image : 2012 CNES, distribution ADS / Spot Image; légendes : CNES.

Schéma du projet de couverture du bâtiment du réacteur n°3. Crédits : IRSN 2016. Source : TEPCO.

Le 2e accident nucléaire majeur de l'Histoire

La catastrophe de Fukushima a été classée au niveau maximum de 7 sur l’échelle internationale des événements nucléaires (INES), au même degré de gravité que l'accident de Tchernobyl survenu il y a 30 ans, le 26 avril 1986.

Publié dans : 
Pour les cibles :