[#VG 2016] Cap de Bonne-Espérance en vue !

Tel un index pointé, l'éperon rocheux du cap de Bonne-Espérance semble indiquer la direction à suivre aux skippers du Vendée Globe : filer sud-est !
21 Novembre 2016

Emmenés par Alex Thomson à bord de son monocoque Hugo Boss, les leaders du Vendée Globe vont bientôt doubler le cap de Bonne-Espérance avec 5 jours d'avance sur le temps de référence établi lors de la dernière édition. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, ce cap mythique n’est pas le point le plus au sud de l'Afrique. S'il est si renommé, c'est parce qu’il fait office de portail vers de nouvelles contrées : les Indes et ses richesses pour les explorateurs portugais à la fin du 15e siècle, l'Antarctique et l'Australie pour les skippers du Vendée Globe.

Quarantièmes Rugissants

Après le cap de Bonne-Espérance, c'est une nouvelle phase de la course qui débute. Les skippers vont très vite se retrouver loin de toute terre émergée, dans la zone des quarantièmes rugissants. Cette zone à la fois désirée et redoutée des participants est marquée par des vents violents, un froid saisissant et une mer parfois dantesque. Le Vendée Globe prendra alors toute sa dimension : celle d'une course à la voile autour du monde, en solitaire, sans escale et sans assistance.

Le 24 novembre 2016 à 9h, les leaders sont en passe de couper la longitude du cap de Bonne-Espérance. Cette cartographie diffusée sur le site du Vendée Globe est basée sur les informations satellitaires transmises par CLS, filiale du CNES. Crédits : Géovoile.

gp_pleiades.jpg

Les satellites Pléiades

Cette image du cap de Bonne-Espérance a été acquise le 3 avril 2012 par l'un des 2 satellites Pléiades qui tourne autour de la Terre à 700 km d'altitude. A eux 2, ils sont capables de prendre des images de n'importe quel point du globe en moins de 24h à la résolution de 70 cm (rééchantillonée à 50 cm). Conçu par le CNES, ce système d'imagerie spatiale à très haute résolution est en orbite depuis 2011 et exploité par Airbus Defence & Space.