[Décryptage] Ça ressemble étrangement à un oeil...

Le 27 janvier 2017, Thomas Pesquet a pris un cliché surprenant au-dessus de l’Australie : ''Ça ressemble étrangement à un oeil... Base militaire secrète ou simple site de fouilles ?’’ On a trouvé la réponse et une image acquise par nos satellites Pléiades.
Crédits: 
NASA/ESA, CNES 2015, Distribution Airbus DS.
6 Avril 2017

Cher Thomas, Le 27 janvier, tu publiais sur les réseaux sociaux (Twitter, Flickr, Instagram...) une image insolite prise depuis la Station spatiale internationale (ISS) au-dessus de l'Australie. Tu te demandais : « Ça ressemble étrangement à un oeil... Base militaire secrète ou simple site de fouilles ? » On a mené l’enquête. Eh bien, c'est une mine !

Une mine de cuivre et d’or

Plus exactement, c’est la mine à ciel ouvert de Prominent Hill située en Australie-Méridionale et exploitée depuis 2009. Chaque année, on en extrait environ 100 000 tonnes de cuivre, qui s'y sont formés il y a 1,6 milliards d’années. Le trou béant au centre de ton cliché est le puits d’extraction. Au-dessus se trouve le bassin de décantation des résidus de l’exploitation de la mine, et autour les zones de stockage des déblais (roches non minéralisées). Sur l'image acquise par nos satellites Pléiades à 700 km d'altitude, on observe bien les différents niveaux qui ont été permis de creuser cette mine en profondeur ainsi que les camions qui descendent au fond du trou ou qui en remontent chargés des précieux minerais.

En impesanteur, aucun souci pour tenir d’une seule main cet appareil photo équipé d’un téléobjectif particulièrement puissant et lourd (sur Terre). Crédits : ESA/NASA.

is_zoom_puits_pleiades.jpg

Crédits : CNES 2015, Distribution Airbus DS.

« Thomas utilise un boitier photo muni d’un objectif avec une focale d’environ 1 200 mm ouverte à f/8. Vu qu'il se trouve à 400 km d'altitude, la résolution au sol de ses photos est de l’ordre de 2,5 à 3 m. Les satellites Pléiades, avec leur résolution de 70 cm, révèlent des détails 3 à 4 fois plus fins » indique Philippe Kubik, chef du service Qualité Image au CNES de Toulouse. « De plus, les satellites Pléiades survolent notre Terre avec des conditions d'éclairement toujours optimales grâce à une orbite dite héliosynchrone, alors que Thomas, à bord de l'ISS, doit faire face à des conditions d'éclairage très variables. Ainsi le creux de la mine est éclairé sur l’image Pléiades alors qu’il est à l’ombre sur l’image de Thomas, le soleil était plus rasant. Mais cette lumière rasante met en valeur d'autres parties du relief. »

 Ces images prises depuis l’espace sont complémentaires. Les photos de Thomas sont très belles et participent à l’intérêt du public pour l’espace et l’observation de la Terre.

Thomas, n’hésite donc à nous envoyer d’autres images qui te questionnent...

Thomas a toute une gamme d’objectifs à sa disposition dans l’ISS. Crédits : ESA/NASA.

Les 2 “appareils photos” aujourd’hui en vol sur les satellites Pléiades sont des télescopes de type Korsch de 2 m de haut dotés d’un miroir primaire de 65 cm de diamètre. Crédits : Thales Alenia Space.

Les satellites Pléiades

Lancés en 2011 et 2012, les satellites jumeaux Pléiades-1A et Pléiades-1B tournent autour de la Terre à 700 km d'altitude. A eux 2, ils sont capables de prendre des images de n'importe quel point du globe en moins de 24h à la résolution de 70 cm (rééchantillonée ensuite à 50 cm). Conçu par le CNES, ce système d'imagerie spatiale à très haute résolution est exploité par Airbus DS.

Publié dans : 
Pour les cibles :