Far West martien

Curiosity a envoyé des photos de roches stratifiées prises dans un décor digne de l'Ouest américain. Ciel bleu en moins.
Crédits: 
NASA/JPL-Caltech/MSSS
12 Septembre 2016

Depuis août 2016, le rover américain Curiosity évolue dans un paysage de buttes et de mesas (collines à sommets plats et flancs abruptes) appelé ''buttes de Murray''. Le 8 septembre dernier, il a pris des photos en haute résolution et en couleurs des roches sableuses qui les composent : du grès.

Ces photos montrent la finesse de la stratification de ces roches, des ''livres à ciel ouvert'' sur leur formation. "Ces buttes sont d'anciennes dunes de sable qui se sont formées, ont été enterrées, modifiées chimiquement par des eaux souterraines, exhumées et érodées pour former le paysage que nous voyons aujourd'hui" explique Ashwin Vasavada, le scientifique du projet en charge de Curiosity au Jet Propulsion Laboratory. 

Point de dépôts lacustres comme dans d’autres régions du cratère Gale ou de canyons creusés par des rivières comme dans l'Ouest américain. C'est le vent qui est l'agent principal des buttes de Murray. ''Ces dépôts sont dus au vent. Et c'est le vent qui a ensuite érodés ces mille-feuilles de sable consolidés en grès'' souligne Francis  Rocard, responsable des programmes d’exploration du Système solaire au CNES. 

Scéniques, ces images en annoncent de prochaines encore plus grandioses. ''On attaque enfin la montagne. Le paysage va devenir spectaculaire''  s'enthousiasme notre expert. Curiosity approche, en effet, de la base d'Aeolis Mons, plus connu sous le nom de Mont Sharp.

Affleurement rocheux stratifié observé par Curiosity : du sable consolidé en grès. Crédits : NASA/JPL-Caltech/MSSS.

is_curiosity_panomara_at_murray_buttes_5000px.jpg

Panorama des buttes de Murray avec le bras robotisé de Curiosity au 1er plan. Cette image est composée de 130 photos prises le 5 août 2016. Crédits : NASA/JPL-Caltech/MSSS.

Pourquoi le ciel est-il orangé ?

C'est très simple, l'atmosphère de la planète Mars contient en permanence de grandes quantités de poussière de couleur saumonée. Cette poussière, fine comme du talc, est soulevée du sol par les vents qui l’injectent de manière ininterrompue dans l’atmosphère.