[Insolite] Le Géant d'Atacama vu depuis l'espace

Au Chili, le flanc ouest de cette colline du désert d'Atacama cache le dessin d'une forme humaine stylisée portant un masque de félin. Les yeux grands ouverts sur le monde.
Crédits: 
CNES 2016, Distribution Airbus DS.
10 Mai 2017

Au Chili, le désert d'Atacama regorge de milliers et de milliers de géoglyphes, ces motifs dessinés à même le sol. Le Géant d'Atacama est le plus impressionnant : 85 m de haut, plus grand que le Géant de Cerne Abbas au Royaume-Uni. On le découvre ici sur une image capturée le 6/10/2016 par l'un des 2 satellites Pléiades en orbite à 700 km d'altitude. Visible aussi depuis le sol, le Géant d'Atacama a été gravé en positif (ses contours sont formés par l'entassement de pierres) et en négatif (son corps, sa tête au carré, sa coiffe ont été creusés dans la roche). Le tout entre 900 et 1400 par des civilisations précolombiennes. Quelle était sa fonction ? Le mystère demeure. Pour certains, il était un point de repère d'une route empruntée par des caravanes de lamas. Pour d'autres, il s'agirait d'une représentation d'un dieu ou d'un chef caché derrière un masque de jaguar. D'autres géoglyphes formés de lignes et de cercles concentriques sont aussi visibles autour de lui, sur cette colline ceinturée par une piste.

Le désert d'Atacama

Si tous ces géoglyphes sont si bien conservés, c'est grâce de l'aridité du désert d'Atacama, le plus sec au monde. Aucune végétation n'est venue les recouvrir. Ce désert est aussi caractérisé par un ciel d'une clarté exceptionnelle exempt de toute pollution lumineuse qui attire des astronomes venant de partout le monde. Il héberge notamment le célèbre VLT, le ''Very Large Telescope'' de l'Observatoire européen austral (ESO) observé en 2013 par l'un des 2 satellites Pléiades

Le Géant d'Atacama est visible depuis le sol. Crédits : Emilio from Germany/Chile — The Giant of Atacama, CC BY-SA 2.0.

Les satellites pléiades

Lancés en 2011 et 2012, les satellites jumeaux Pléiades-1A et Pléiades-1B tournent autour de la Terre à 700 km d'altitude. A eux 2, ils sont capables de prendre des images de n'importe quel point du globe en moins de 24h à la résolution de 70 cm (rééchantillonée ensuite à 50 cm). Conçu par le CNES, ce système d'imagerie spatiale à très haute résolution est exploité par Airbus DS.

Publié dans :