Retourner à la liste

Psychologie des expériences exceptionnelles : Des Phénomènes Aérospatiaux Non-identifiés aux abductions extraterrestres

Description

Cette thèse s’inscrira dans les travaux actuels en psychologie des expériences exceptionnelles et visera à mieux appréhender les vécus d’observation d’OVNI et d’abductions extraterrestres. Nous préférons le terme de PAN (Phénomène Aérospatial Non-identifié) à celui d’OVNI afin de nous éloigner de certaines connotations péjoratives et de respecter la terminologie utilisée par le GEIPAN (Groupe d'Etudes et d'Informations sur les Phénomènes Aérospatiaux Non Identifiés) avec qui nous collaborons depuis 2016. Cet appui permet, entre autres, d’avoir accès à une riche base de données et d’être mis en relation avec des témoins de ces vécus singuliers. Notre travail au sein de CIRCEE (Centre d'Information de Recherches et de Communication sur les Expériences Exceptionnelles)nous permet également un riche accès à cette clinique.

Ce travail de thèse fera suite à deux mémoires de psychologie clinique. Le premier, soutenu en 2017 et encadré par Thomas Rabeyron, a permis d’obtenir une première lecture des vécus d’observations de PAN, peu étudiés dans le champ de la psychologie. Ce travail a mis en lumière que ce type d’expérience permettrait l’expression d’une auto-théorisation hallucinatoire de la question des origines, la résolution de conflits intrapsychiques inconscients en lien avec le trauma et l’étayage du narcissisme. L’importance des effets après-coup dans les expériences impliquant un PAN nous a amené à ajouter aux niveaux « expérientiel » et « interprétatif » que proposent Rabeyron et al. (2010) pour l’analyse des expériences exceptionnelles un troisième niveau qui s'intitulerait "consécutif". Ce troisième niveau permet de rendre compte des effets sur la vie du sujet en termes de croyances et de comportements.

Le second mémoire, encadré par Didier Acier et supervisé par Thomas Rabeyron a été rendu en aout 2018. L’objectif est de s’intéresser plus particulièrement aux enjeux transférentiels dans les cas de PAN. Nous avons pu mettre en lien le fonctionnement psychique de certains observateurs de PAN avec celui des patients décrits dans le champ de la psychosomatique, notamment ce qui concerne la vie opératoire. Pierre Marty et Claude Smadja ont relevé chez leurs patients une amélioration psychique lors du surgissement d’une plainte somatique. Nous remarquons que l’observation d’un PAN permet également de se défendre contre des éléments dépressifs. Ces fonctionnements opératoires chez des personnes rapportant des expériences exceptionnelles créent des vécus transférentiels singuliers.

L’objectif premier de cette thèse sera de comprendre ce qu’un PAN, en tant que contenu psychique non élaboré qui est projeté dans l’environnement, met en scène pour le sujet. Il s’agira aussi d’étudier les observations de PAN et les cas d’abduction sur un continuum expérientiel. En effet, au-delà du champ sémantique commun de la vie extraterrestre, ces deux types d’expériences exceptionnelles pourraient être une forme d’auto-théorisation hallucinatoire de la situation anthropologique fondamentale décrite par Laplanche comme le propose Rabeyron (2017) pour les abductions.

Profil

Psychologue clinicienne, titulaire d'un master 2 professionnel de psychologie clinique et psychopathologie intégrative.

Description de la structure
Laboratoire d'accueil : INTERSPY, Ploemeur
Directeur(rice) de thèse/recherche : RABEYRON Thomas
E-mail du directeur(rice) de thèse/recherche : thomasrabeyron@gmail.com
Responsable Cnes de l'offre : AGUTTES Jean-Paul

Pour postuler à cette offre, nous vous invitons à vous rapprocher du directeur/rice de thèse et compléter avec son aide la partie cofinancement  du formulaire en ligne (Répondre à l’offre)  pour le 1er avril 2019.

Répondre à l'offre Retourner à la liste