Retourner à la liste

Etude des effets des angles de vue et angles solaires sur les mesures satellitaires de température réf: 134T2019SI

Description

Le sujet s’inscrit dans le cadre de la préparation de la mission infrarouge thermique (IRT) franco-indienne TRISHNA (Thermal Infrared Satellite High Resolution Imaging Natural Resources Assessment) qui dispose aussi de bandes spectrales dans le visible. L’objectif de la mission est d’assurer un suivi global régulier à haute résolution spatiale (entre 50m et 60m) de façon à pouvoir, entre autres, détecter le manque d'eau dans la végétation. En effet,  la température de la végétation augmente quand elle n'évapore plus d'eau.

Plusieurs options orbitales sont aujourd’hui envisagées pour la mission TRISHNA, et ce stage participera aux études permettant de choisir la plus adaptée. Dans les régions tropicales, les données d’observation seront fortement contaminées par les effets directionnels et notamment le phénomène du hot spot qui consiste à observer un maximum de température dans la direction solaire. Lorsque le satellite observe dans la même direction que le soleil, il ne voit en effet que la partie éclairée et chaude du couvert végétal, alors que les ombres sont plus froides. En fonction des angles d'observation, les températures mesurées par TRISHNA seront perturbées.  Il sera donc nécessaire de corriger les effets directionnels.
Le stage proposé consistera à utiliser le simulateur d’orbite TRISHNA développé par le CNES (langage PYTHON) afin de simuler la fréquence annuelle du hot spot pour des sites choisis en Inde en fonction de l’angle solaire. On construira ensuite des scènes 3D (maquettes de cultures et forêts) à partir du code DART qui nous permettront de simuler les effets directionnels. On en déduira un milieu turbide DART équivalent que l’on comparera à des simulations du modèle 1D SCOPE capable de simuler le hot spot avec moins de paramètres que DART, également avec un modèle paramétrique. L’analyse comparée permettra d’en tirer des enseignements sur la façon de corriger le hot spot à partir de peu de données et d’un modèle simplifié. L’apport des observations optiques pour caractériser le hot spot thermique sera étudié.

Profil

BAC + 5 ( Master 2 ou dernière année d'école ingénieur)
Etudiant de dernière année en master ou école d'ingénieur, avec connaissances en optique, python, traitement du signal

Description de la structure

Non renseigné

Répondre à l'offre Retourner à la liste