23 Juillet 2018

[GALILEO] Connecter 4 nouveaux satellites avec la Terre

Après le lancement de ce 25 juillet, le CNES sera à la manoeuvre pour connecter les 4 nouveaux satellites de la constellation Galileo avec leur centre de contrôle situé à Toulouse.
is_galieo_esa25336_1500px2.jpg

Crédits : ESA / Pierre Carril.

Mercredi 25 juillet 2018, une 99e fusée Ariane 5  décollera de Kourou avec sous sa coiffe, 4 nouveaux satellites Galileo, le système de navigation européen. 3 h 30 après le décollage, une équipe du CNES de Toulouse pointera 2 paraboles de plus de 10 m de diamètre, l'une située à Kerguelen et l'autre en Afrique du Sud, vers la zone d'injection prévue de 2 des 4 satellites de la constellation. En Australie, 2 antennes seront orientées par un partenaire commercial suédois vers les 2 autres satellites. Deux paraboles supplémentaires de l'Agence spatiale d'Afrique du Sud (SANSA) seront mobilisées, au cas où. 

Entendre les premiers cris des satellites

« Lorsque le lanceur délivre les satellites dans l’Espace, on a tous une angoisse : c’est de ne pas les "entendre". Recevoir les premières données de télémesure est une délivrance. 

 C’est la naissance d’un satellite en orbite 

témoigne Jacques Mongis, chef du service Opération réseau multi-missions au CNES. 

Transmises par fibres optiques — parfois via des satellites géostationnaires, ces données arriveront automatiquement au CNES à Toulouse, où se trouve le Centre des opérations du réseau multi-missions du CNES, surnommé le COR. Pendant une douzaine de jours, 3 personnes y seront présentes 24h/24 afin de pointer les antennes vers les nouveaux-venus et transférer toutes les données reçues au Centre de contrôle de la mission Galileo, également basé au CNES de Toulouse. 

Assurer la transmission des commandes 

Connecté en permanence aux satellites via le COR, le Centre de contrôle pourra aussi envoyer ses commandes, quand il le souhaite, à l'un des 4 satellites. Suite au lancement du 17 décembre 2017, 31 manœuvres avaient ainsi été transmises pour placer les 4 précédents satellites Galileo sur leur orbite de travail, 300 km au-dessus de leur altitude de libération.

Sous la coiffe d'Ariane 5, les 4 satellites européens Galileo. Avec le lancement du 25 juillet 2018, la constellation passera de 22 à 26 satellites en orbite. Crédits : ESA/Pierre Carril, 2017.  

 

L'antenne du CNES à Kourou. Douze stations terrestres sont mobilisées pour la mise à poste des 4 nouveaux satellites Galileo. Crédits : CNES / E. Sabatier.

is_liaison_cor_ccs_station_sat.jpg

Le Centre des opérations du réseau multi réseaux (COR) est le relais entre les satellites et leur centre de contrôle. Crédits : CNES.

 Suivre la mise à poste de 4 satellites d’un coup est un vrai challenge que peu d‘agences en Europe sont capables de relever 

souligne Jacques Mongis.

Un moyen dédié aux missions du CNES

Outre les mises à poste de satellites, le Centre des opérations du réseau multi-missions du CNES intervient dans le suivi de satellites tout au long de leur mission : mise en contact avec leur centre de contrôle, transmission des données de leurs charges utiles vers les centres de mission. En 2017, le COR a apporté son support à 26 satellites : Pleiades, Saral, Calipso... En opération 24h/24, 7j/7 et 365j/an, il  établit environ 80 connexions par jour garantie à + de 98,5 % grâce, notamment, à une étroite collaboration avec le Centre d’orbitographie opérationnelle (COO) du CNES.

Publié dans : 
Pour les cibles :