11 Février 2013

Des stratocumulus à perte de vue

Orbiter à bord de la Station spatiale internationale permet décidément d'assister à des spectacles hors du commun. Ainsi, le 4 janvier dernier, alors que l'ISS survolait l’Océan Pacifique à 740 km au large de l'île de Honsh? (Honsh? est la plus grande île de l'archipel japonais, sur laquelle on trouve notamment Tokyo, Kyoto et Osaka), les 6 membres du 34ème équipage de l'ISS ont vu se dérouler sous leurs pieds un gigantesque tapis de stratocumulus : une véritable mer de nuages s'étirant à perte de vue, épousant les contours délicats du globe terrestre…
Crédits : NASA

Lorsque nous regardons attentivement ces nuages, nous observons la récurrence de motifs en forme de lignes qui peuvent parfois faire penser à des vagues : il s’agit là d’une caractéristique visuelle typique des stratocumulus, ces formations nuageuses qui évoluent à des altitudes basses, généralement comprises entre 500 et 2500 m.

Au-dessus de l'horizon, nous remarquons la présence d'une fine enveloppe bleutée : il s’agit bien sûr des couches gazeuses de l'atmosphère, visibles sur cette photographie grâce à la haute altitude à laquelle évolue l'ISS (entre 350 et 400km).

Portons maintenant notre regard sur la gauche, toujours à hauteur de l’horizon : une ombre s’étend lentement sur la courbure de la Terre. C’est la ligne dite du « terminateur », cette ligne mobile qui sépare la face éclairée de la face non éclairée de notre planète. La belle lumière qui éclaire ce cliché prend soudainement un tour bien plus familier : cette lumière rasante, c’est tout simplement celle d’une banale fin d’après-midi…

En orbite terrestre depuis 1998, l’ISS fait le tour de la planète 15 fois par jour, à une vitesse de 27 700 km/h.

Pour en savoir plus :

A propos de :