Station Spatiale Internationale

Réaliser des expériences scientifiques en apesanteur, mais aussi disposer d’un observatoire terrestre et astronomique ou encore préparer les futurs vols habités, tels sont les principaux objectifs qui ont présidé à la naissance de la Station Spatiale Internationale (ISS). Développée par la Nasa en collaboration avec l’ESA et les agences spatiales russe, canadienne et japonaise, l’ISS sera utilisée jusqu'en 2020 au moins.

En 1998, le module russe Zarya est mis en orbite terrestre : c’est le premier élément de la Station Spatiale Internationale (ISS, pour International Space Station). L’assemblage de la Station s’achève treize ans plus tard, en 2011. Aujourd'hui dotée d’un volume habitable d’environ 400 m³, l’ISS est occupée en permanence depuis novembre 2000. Le principal objectif de l'ISS est de permettre aux scientifiques de réaliser des expériences scientifiques en apesanteur. Concrètement, il peut s’agir d’évaluer les incidences de l’apesanteur sur le système cardio-vasculaire, comme avec CARDIOMED, un équipement médical développé par le CNES, à bord de l’ISS depuis 2010. Ou bien d’observer le comportement de fluides dans certaines conditions bien précises, par exemple grâce au mini-laboratoire Déclic (Dispositif d’Etude de la Croissance et des LIquides Critiques), développé par le CNES et lancé sur l’ISS en 2009. De par l’altitude à laquelle orbite l’ISS (400 km environ), ces expériences permettent aux scientifiques de détecter des phénomènes physiques et physiologiques qui, au sol, seraient invisibles à cause de la pesanteur. Aux côtés de ces expériences, l’ISS permet également de réaliser des observations de la Terre et de l’espace. Enfin, la station permet de préparer les futurs vols habités d’exploration.

Lancée et pilotée par la NASA, cette mission est développée conjointement avec l’ESA, ROSKOSMOS (Agence spatiale fédérale russe), la JAXA (Japan Aerospace eXploration Agency) et l’ASC (Agence Spatiale Canadienne). La Station Spatiale Internationale sera utilisée jusqu'en 2020 au moins.